『ブロークン・ソード 5』でリスニング! #2 La résurrection d’Henri

💪 会話を聞いて、状況を把握する、化粧・コスメの語彙
🖊 内容理解
⏰ 20分

書きおこし

Broken Sword 5: The Serpent’s Curse © Revolution Software, 2013/2014からの抜粋です

(Bijou) Oui ?
(George)   Bijou ? C’est encore George.

(George pour lui-même) Henri reposait en paix. Le petit chien empaillé trônait en bonne place sur la table. Sa petite tête me rappelait Henri. Son manteau était même assorti à son poil. Certains chiens ressemblent vraiment à leurs maîtres.

(George) Bijou ?
(Bijou) Henri ? Oh… Vous n’êtes pas Henri ?
(George) Pourrais-je avoir la clé du coffre ?
(Bijou) Henri, c’est toi ? Vous n’êtes pas Henri. Je veux qu’Henri danse avec moi. Oh Henri, danse avec moi.

(George pour lui-même) Je me retrouvais devant la coiffeuse très bien équipée de Bijou.
Une photo d’Henri prenait une place de choix. Une brosse à cheveux. Personnellement, je préférais les peignes. Bijou mettait un parfum très fleuri et entêtant. Je n’en voulais pas sur moi. Une fois je m’étais peint les ongles avec le vernis de ma mère. Je n’avais jamais vraiment su pourquoi elle avait tant pleuré. Un tas de cotons-tiges, c’est toujours utile pour graisser les machines. Je m’emparais d’une bande de cire. Elle tombait pile-poil.

Désolé mon petit. On se reverra à Rio !

(→ fard à paupières brun) Je n’en voulais pas sur les yeux, mais peut-être qu’un petit saupoudrage… Mes cheveux étaient maintenant de la même couleur que ceux d’Henri. L’heure était venue de ressusciter Henri. Henri avait plus de poils sur le visage que moi. Il me fallait un bouc châtain.

(→ poils de chien dans la cire) Gardant la bouche bien fermée, j’avais collé la bande de cire à ma lèvre supérieure. Un bouc-minute. J’étais bien parti mais, il manquait quelque chose. On voyait mal la couleur des yeux d’Henri derrière les lunettes.

(→ Lunettes) J’ajoutais les lunettes d’Henri. Je ressemblais de plus en plus à un propriétaire de galerie. Hum, pas mal. Mais ce n’était pas encore ça. Il fallait que je fleurisse un peu ma tenue.

(→ Fleur blanche) J’avais mis la fleur d’Henri à ma boutonnière. Le jasmin dégageait tout plein de bonnes vibrations. J’étais bien parti mais, il manquait quelque chose. J’avais la tenue idéale, mais il manquait ce petit détail qui stimule les sens.

J’avais peaufiné mon déguisement avec un peu du Bret d’Henri. J’en avais les yeux qui pleuraient.
Et voilà. En me regardant dans le miroir, je voyais Henri qui me dévisageais.

(Bijou) Henri, te voilà, gros vilain ! Viens danser mon biquet. Tu m’as manqué.
(Henri) Avec plaisir chérie.
(Bijou) Oh, Henri, n’est-ce pas merveilleux ? Comme au bon vieux temps…
(Henri) Bijou, ma chérie, j’ai besoin de la clé du coffre, est-ce que tu l’as ?
(Bijou) Bien sûr, je ne t’avais pas promis ? Viens mon trésor !
(Henri) Il valait mieux la laisser dormir. J’avais la clé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s